nom_organisme nom_organisme nom_organisme nom_organisme
22 juin 2017
Les vers de terre donnent le tempo de la dernière glaciation!

 

En datant par le 14C, les granules de vers de terre retrouvées dans une séquence de loess, une équipe pluridisciplinaire de chercheurs a permis de donner, pour la première fois, un cadre chronologique à toutes les phases de redoux de la dernière période glaciaire.

 

Alors que les événements de Dansgaard-Oeschger (succession de réchauffement (interstade)- refroidissement (stade) au cours de la dernière période glaciaire) ont été reconnus dans les carottes de glace et plusieurs carottes de sédiments marins, leur systématique présence et leur datation précise étaient encore à révéler sur le continent. C'est maintenant chose faite !  La séquence de loess de Nussloch (vallée du Rhin) était connue depuis plusieurs décennies comme l'enregistrement le plus complet de ces alternances climatiques du glaciaire, avec les phases de réchauffement caractérisées par des pseudo-sols, les gleys de toundra. Pendant les interstades, le développement des vers de terre s'est traduit par la présence d'excrétat carbonaté, les "granules". Tous les gleys ont été datés par datation 14C sur les granules. Tous les interstades enregistrés dans les glaces ont trouvé leur pendant sur le continent dans les gleys de Nussloch. Quelques horizons faiblement exprimés du Dernier Maximum Glaciaire se retrouvent même sans interstade contemporain au Groenland. Ces résultats révèlent la haute sensibilité des environnements loessiques aux changements climatiques glaciaires et une dynamique climatique plus complexe aux moyennes qu’aux hautes latitudes entre -27 000 et -20 000 ans. En perspective, cette étude ouvre les portes de reconsttitution des gradients paléoenvironnementaux régionaux, voire continentaux, propres à chaque fluctuation climatique glaciaire.

 

Toute la variabilité climatique du dernier glaciaire -  Moine

 

Maj : 22/06/2017 (144)

Retour en haut