nom_organisme nom_organisme nom_organisme nom_organisme
Chimie Atmosphérique Expérimentale
CAE

Pékin baignée dans les aérosols

L’équipe CAE est spécialisée dans la mesure des niveaux des composés chimiques réactifs présents dans la basse atmosphère sous forme gazeuse ou particulaire et ayant des impacts potentiels sur la santé (qualité de l’air), les écosystèmes, et plus généralement le climat. Elle s’intéresse plus particulièrement à quantifier et caractériser leurs sources, leurs propriétés et les processus physico-chimiques qui les font évoluer.

Dans cet objectif, l’équipe a développé une triple expertise dans :

  • la mise au point et le déploiement sur le terrain de stratégies expérimentales : L’équipe participe activement au développement de réseaux nationaux ou  internationaux de stations de mesures de la pollution atmosphériques (ACTRIS, GAW, SOERE/ORAURE, SIRTA). Elle gère notamment plusieurs stations de niveau international en particulier sur île d’Amsterdam et dans la région parisienne.

 

L’équipe coordonne et participe également à de nombreuses campagnes de mesures dans différentes régions du monde présentant un intérêt du point de vue de la chimie de l’atmosphère. L'approche adoptée est basée sur des campagnes multi-instruments et souvent multi-plateformes (sol, bateau, aéroportées et spatiales) à travers la collaboration avec des équipes (inter)nationales. .

 

  • la maîtrise des dernières innovations en matière d’analyse physico-chimique :

L’équipe innove en permanence créant ou adaptant des technologies afin de répondre aux besoins de la recherche : chromatographes optimisés de laboratoire et de terrainpour l’analyse des composés organiques volatils (COV), spectromètres de masse pour la mesure rapide de COV (PTR-MS) et d’aérosols (ACSM), mesure de réactivité OH, compteur de particules miniatures, lidar aérosol, chambre de mesure d’émissions biogéniques, mesures bio-aérosols.

Elle est à l’origine du dépôt de plusieurs brevets qui ont, pour certains, donné lieux à une exploitation industrielle. L’équipe développe aussi des partenariats avec les industriels (Aerodyne, Leosphere, Environnement SA…) afin de les aider à améliorer les performances de leurs instruments ou d’envisager des évolutions ou de nouveaux développements.

 

  • le retour d’expérience :

L’équipe travaille sur certains domaines avec les modélisateurs du laboratoire afin de pousser plus avant la prise en compte de la diversité des processus chimiques dans les modèles de prévisions du climat, de la qualité de l’air et de la production primaire des océans. Ainsi, des études ont été effectuées (i) pour améliorer la prévision de la qualité de l’air particulaire sur l’Europe grâce à l’assimilation des observations d’un réseau lidar, (ii) pour intégrer les connaissances sur le dépôt des poussières désertiques dans un modèle couplé de dynamique et biogéochimie marine de la Méditerranée et modéliser l’impact de ce dépôt sur la production primaire, iii) pour intégrer les connaissances sur les sources marines de CO et COV dans un modèle de biogéochimie marine.

Les intérêts scientifiques de l'équipe à court et moyen termes sont orientés vers plusieurs régions du monde :

  • Zones polaires : études de transfert à l’interface océan-atmosphère des espèces gazeuses réactives (monoxyde de carbone et composés organiques volatils)
  • Zone Méditerranéenne : études des sources et de la chimie rapide (réactivité, formation d'ozone et d'aérosols secondaires à partir des émissions biogéniques et anthropiques)
  • Zone francilienne : études détaillées de la pollution à Paris et Ile de France.
 

Maj : 05/01/2017 (16)

Retour en haut