nom_organisme nom_organisme nom_organisme nom_organisme
Géochimie Des Impacts
GEDI

Crue de rivière en montagne (La Bléone, Alpes, juin 2008)

L’équipe de GEochimie Des Impacts (GEDI) s’intéresse à l'étude de l’influence des activités anthropiques sur les transferts de matière (particules, carbone et contaminants associés aux particules) sur les surfaces continentales et dans l’océan en utilisant des outils de la géochimie (traceurs isotopiques stables et radioactifs, traceurs élémentaires). Beaucoup d’éléments nutritifs et de polluants ont une forte affinité pour les particules et leurs transferts ou stockage dans les cours d’eau sont en grande partie régis par les échanges dissous-particulaires et liés au devenir des particules fines. Les impacts étudiés incluent l'érosion des sols, la contamination des rivières et les flux de particules à travers les bassins versants. Dans l'océan, les échanges dissous-particules contrôlent fortement la chimie de l’eau de mer et des sédiments et il faut comprendre les processus en jeu tant pour l’étude de l’océan actuel que pour la construction de proxies destinées à la reconstitution de paramètres paléo-environnementaux. Les points communs entre les études abordées par les différents membres de l’équipe sont le développement de méthodologies de traçage pour l'étude des processus de transfert et la quantification des flux de matière en utilisant les données obtenues pour tester et alimenter différents types de modèles de transfert des particules.

 

Pour atteindre ces objectifs, des études de cas sont menées dans différents environnements en France et à travers le monde (Brésil, Mexique, Laos, Japon,  Nouvelle-Calédonie) afin d'améliorer notre compréhension globale de ces processus de transfert. L’équipe est impliquée dans de nombreux projets nationaux et régionaux (e.g., projet Tracksed sur l’envasement des zones agricoles du bassin de la Loire, pollution de la Seine à travers le programme PIREN-Seine) et internationaux (e.g., ANR AMORAD -collaboration franco-japonaise faisant suite à l’accident de Fukushima, ANR TECITEASY sur l’érosion des sols sous plantations  de teck au Laos, projet franco-suédois sur les flux de particules en Arctique et en Méditerranée dans le cadre du programme international GEOTRACES, etc.).

Le savoir-faire de l’équipe, acquis au cours de nombreuses campagnes de terrain, s’étend de la caractérisation des sources contemporaines de particules fines par la collecte de sols, de retombées atmosphériques et de matières en suspension, à l’étude de l’évolution historique grâce à la reconnaissance et au carottage de plaines de débordement, véritables archives des bassins versants. Elle maitrise également les méthodes d’échantillonnage « propre » nécessaires notamment dans le cadre des campagnes océanographiques.

L’équipe maîtrise les traceurs radioactifs et les mesures des éléments traces de l’environnement par un large panel de techniques, telles que l’ICP-QMS, le MC-ICP-MS et la spectrométrie gamma, elle a accès à des laboratoires de chimie incluant une salle blanche. Forte de ces acquis, notre équipe contribue aussi au développement de nouveaux traceurs des processus de transfert (U, Pa, Th, Sr, etc.) basé sur l’utilisation de la spectrométrie de masse par multi-collecteurs.

 

Maj : 05/01/2017 (18)

Retour en haut