nom_organisme nom_organisme nom_organisme nom_organisme
drapeau
Première reconstitution fidèle dans des sédiments marins de la surproduction du nucléide cosmogénique bérylium-10 (10Be) durant la dernière inversion du champ magnétique terrestre.    

La limite entre le Pléistocène inférieur et moyen dans l’échelle des temps géologiques (fixée il y a environ 780 000 actuellement) est définie par la dernière inversion de polarité du champ magnétique terrestre (transition entre la période de polarité inverse Matuyama et la période normale Brunhes). La communauté scientifique internationale n’a pas encore validé de séquence géologique de référence (i.e. stratotype) pour cette transition qui constitue un intervalle climato-stratigraphique majeur. Trois séquences géologiques sont actuellement candidates pour ce titre : Montalbano-Jonico, Valle di Manche (Italie) et Chiba (Japon). Dans ce contexte, la communauté des sciences de la Terre attendait avec un grand intérêt l’étude à très haute résolution menée par les équipes du CEREGE1, du LSCE2 (DRF) et de l’université Aldo Moro de Bari3 (Italie) sur la séquence de Montalbano-Jonico (Basilicata, Italie du Sud). Cette étude est publiée dans la revue EPSL. La chronostratigraphie isotopique (d18O) de résolution centennale mais aussi les mesures du nucléide cosmogénique bérylium-10 (10Be) obtenues sont exceptionnelles. Elles permettent de reconstituer avec une grande fidélité l’enchainement des événements notamment le doublement de la production de 10Be lié à la diminution du champ magnétique terrestre lors de l’inversion Brunhes/Matuyama. La datation radiométrique 40Ar/39Ar (774 ± 1 milliers d'années (ka)) d’un téphra contemporain de l’inversion permet pour la première fois, une datation directe de la transition Brunhes/Matuyama dans une séquence sédimentaire marine. Du point de vue géomagnétique, nous démontrons que la décroissance et le rétablissement de l’intensité du champ magnétique terrestre s’opèrent sous-forme de successions d’épisodes rapides et non de variations progressives, ce qui représente de nouvelles contraintes utiles pour les modèles de géodynamo devant permettre d’anticiper le comportement futur du champ magnétique terrestre.

 

Simon, Q., Bourlès, D.L., Bassinot, F., Nomade, S., Marino, M., Ciranfi, N., Girone, A., Maiorano, P., Choy, S., Dewilde, F., Scao, V., ASTER Team (accepté à EPSL). Authigenic 10Be/9Be ratio signature of the Matuyama-Brunhes boundary in the Montalbano Jonico marine succession, doi:10.1016/j.epsl.2016.11.052.

1CEREGE, UM34, Aix Marseille Univ, CNRS, IRD, Coll France, 13545 Aix en Provence, France.

2LSCE, UMR8212, LSCE/IPSL, CEA-CNRS-UVSQ and Université Paris-Saclay, Gif-Sur-Yvette, France.

3Department of Earth and Geoenvironmental Sciences, Université de Bari Aldo Moro, E. Orabona 4, 70125 Bari, Italie.

 

Contacts DRF (LSCE):

Franck Bassinot ( ); Sébastien Nomade ( )  

A. Mazaud, dépêche du 17/12/2016
Retour en haut